Al et Gouli

 

khaled, chauffeur

Al: Pourquoi Khaled conduit-il?

Gouli: Je ne sais pas!

Al: Eh bien, c'est les gênes!

Gouli: Comment ? Les gênes?

Al: Eh bien! s'il conduit c'est parce que son père avait un âne!

Gouli:  un âne! Quel rapport?

Al:Eh bien!, un âne ça se conduit!

Gouli:Ouais!

Al: Son grand-père avait un chameau!

Gouli: Ouais!

Al: C'est pourquoi Khaled conduit! C'est tout! C'est les gênes!

                                                         Al et ses activités

     Il est sept heures trente minutes Al, engoncé dans un vieux fauteuil regarde sans vraiment y porter une attention soutenue, la rue. il vient d'ouvrir l'atelier de son oncle. Il faut dire qu'il n'est ni apprenti ni menuisier lui-même; mais pendant les vacances , il a l'habitude de se livrer à un petit mercenariat:cette fois-ci , il a choisi d'aider son oncle qui a reçu des commandes d'mportances pour les vacances. En effet, les enseignants, ayant reçu leurs pécules de fin d'année lui ont commandé des ouvrages meubles divers: lits, armoires tables, etc...Et, il faut terminer tout avant la fin des vacances.

      Al, agé de vingt ans est un étudiant en Mathématiques. C'est d'ailleurs son statut qui, d'une certaine manière, constitue un des élèments explicatifs de son manque d'attention face à la rue et au paysage national qui s'offre à lui.Qu'est-ce à dire sinon qu'en tant qu'étudiant, il est en bute aux problèmese d'ouverture: comment assurer une ouverture universitaire dans les meilleures conditions!

     Il faut peut-être noter qua'avec le boulot qu'il a eu à accomplir durant les vacances, il n'est pas mal parti, en tous cas du point de vue des pièces sonnantes Il reste qu'ici, on n'est jamais assez bien préparé. En effet, pour un étudiant sénégalais, une année universitaire, constitue un vrai parcours de combattants.

 Al: et la démocratie

        Les hommes sont différents, leurs esprits de même. Il est dès lors normal qu'ils puissent avoir des opinions différentes sur les mêmes sujets. Ce fait ne semble pas être reconnu et accepté par tous dans nos société.Du moins, s'il est reconnu tacitement, dans la pratique, il est difficilement accepté.

       En effet, bon nombre de personnes ont de la peine à accepter la contradition. Ils se comportent comme si leurs esprits avaient la stampe d'une universalité avérée et par conséquent, la vision qu'il pourraient avoir de la réalité des choses et des faits est et devrait être partagée par tous: ce qui n'est pas le cas.

       Pourtant, accepter la contradition est un des principes démocratiques qui devrait être érigé en règle par tous. Il permettrait en effet, à tous et à chacun de conférer au concept de démocratie la réalité de sa définition. Chacun pourrait ainsi apporter à l'édifice démocratique la contribution qu'il est en droit de faire. 

       N'est-ce pas là un puissant facteur de paix et de cohésion sociale? Car sans la communication sociale, aucune paix ne peut être envisagée. En tous cas, la société ne s'en portera que mieux, surtout si cette communication est faite sous le sceau de la bonne foi.

                               Babacar sadikh LAKHOUNE babacarl@gmail.com

 

Sous-pages :

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site